4519160 visites 
Loading

Bricoleuse, oui mais …

Article publié le 4 février 2013 | Laisser un commentaire.

Christine♬♡

Regardez le post de cette fille qui essaye de bricoler sa chasse d’eau suite à une fuite, trop drôle ! Je cherchais des conseils de bricolage pour nos problèmes de plomberie sur la chasse d’eau et j’ai trouvé cela sur le net au hasard, pas triste non ? Merci à notre anonyme qui, faute de nous avoir dépanné en bricolage, nous fait passer un bon moment de rigolade ! Voyez plutôt maintenant : 

« Tiens je te fais partager mon expérience  :

J’avais remarqué une petite fuite continue dans la cuvette de mes toilettes. J’avais observé longuement et sous toutes les coutures le mécanisme de la chasse d’eau, les joints, le robinet etc. J’ai conclu que le mécanisme avait vécu. RIP le mécanisme.

Forte de mon expérience de démonteuse de lave-linge, j’avais décidé d’aller acheter un mécanisme à casto ce soir. Gaillardement après le boulot, je suis allée -très à l’aise et sûre de moi- acheter un mécanisme, sous l’oeil amusé et machiste des clients habituels de casto.
Je trouve hyper vite, c’est standard, simplissime, hop là dans une demi-heure c’est plié.

Il est 19h00.

Je tente de fermer le robinet d’arrivée d’eau. Tiens, il ne ferme plus alors que ce matin, ça tenait encore, étrange. Qu’à cela ne tienne, je suis un sioux, je sais où est la vanne d’arrivée d’eau sur le palier, je vais la fermer. Classe. Rien ne m’arrête.

Je vire consciencieusement l’ancien mécanisme (RIP le mécanisme) et je lis quand même la notice du nouveau – 3 pages, mouahahaha cte blague- avant de me lancer. J’y vais étape par étape, les boulons papillons hop, le tuyau d’arrivée hop, tout était hop.

Et puis il faut dévisser les tiges qui tiennent le réservoir à la cuvette. C’est là que j’ai commencé à m’amuser. Au début, j’ai voulu rester dans les toilettes, environ 20cm² d’espace vital. J’ai un peu mal au dos.
Bon je vais transporter le réservoir dans la salle de bain, plus grande, et dévisser ces foutues tiges. Qui résistent. J’attrape deux pinces, je tiens le boulon avec l’une des deux, la vis avec l’autre et je force comme une malade. Rien. Pas un nanomilimètre de jeu.
Bon. Je vais attaquer l’autre côté, ça va me mettre en forme. Rien à faire, je me demande pourquoi on a fait appel à Hulk pour visser mon réservoir.
Je lutte 3 bons quarts d’heure, j’ai le dos vrillé, les mains qui commencent à flancher.

Je me pense. Je me dis, tiens mais en fait pourquoi les changer ces vis, elles sont très bien finalement, et puis elles tiennent (…), je ne vais pas mettre les nouvelles, mouarf, j’ai réponse à tout, je suis Mac Gyver.

Je fixe la première partie du mécanisme (le nouveau), je réenquille les tiges fossilisées dans le réservoir, le gros joint (non Agathe) mousse, et j’entreprends de revisser les boulons papillons.
Je suis obligée de forcer comme une armée de russes, je suis sur le dos dans mes 20cm², les jambes repliées, à essayer de faire monter le plus haut possible ce nardin de papillon sa mère.
D’un côté, ça marche à peu près, de l’autre c’est précaire. Je suis un peu fatiguée.
Le chat fourre son nez partout, il m’agace, je commence à lui parler, ma patience s’émousse.
Je finis par avoir l’impression que j’ai vissé au maximum, et qu’une goutte d’eau ne s’échappera jamais.
Je fixe le robinet d’arrivée d’eau, je zyeute mon oeuvre et je me dis : allons-y, ouvrons les vannes youhouhhh.
J’ouvre, le robinet fait son effet, le réservoir se remplit, je suis un sioux de compétition.

Sauf que ledit réservoir entreprend dans le même temps de se vider par le bas ; joint mousse ? boulons papillons ? Aucune idée, mais ça inonde bien. Je cours refermer la vanne sur le pallier (put*** de robinet d’arrivée d’eau, ce serait plus simple nomdediou). Sauf que le réservoir qui s’était rempli sous mon oeil attendri, se vide petit à petit et qu’il compte bien se vider jusqu’à l’ultime goutte.
Je ne peux même pas placer un seau, la fuite est centrale.
Pour éviter l’inondation totale, je dois écoper ; je trouve un gobelet et j’écope. Je me ruine un doigt sur la céramique poreuse à cause des frottements.
Je dévisse le robinet d’arrivée d’eau et le laisse se vider doucement dans un seau, sur le côté. Je m’éloigne un peu pour essayer d’enrayer la ressemblance avec Quasimodo, j’ai les reins en compote.
Et là ! J’aperçois ce fumier de chat qui va renverser le seau ! Là, je m’énerve, ma patience s’émousse d’un coup. Je crie sur le chat, qui s’en fout.

Après avoir épongé et écopé, je décide de me penser à l’intérieur de moi-même. Que faire ? Si je ne remets pas la vanne en route, je n’ai pas d’eau (nulle part), si je la remets en route, je fais arrosage complet des toilettes et plus si affinités.
Je suis à califourchon sur ma cuvette de chiottes, j’ai faim, je suis fatiguée, demain c’est mardi, il pleut, la vie est injuste.

Je parviens à la triste conclusion que les vieilles tiges ne font plus leur office, laissent passer l’eau et empêche le gros joint mousse de faire son effet.

Il faut décider quelque chose.

Je redémonte tout. Les deux tiges sont in-a-mo-vi-bles. Rien à faire. Nada. Que couic. Je me ruine inutilement les mains et le dos une nouvelle fois, un bras dans le réservoir, l’autre sur la tige extérieure, je fais ça à l’aveugle, c’est très plaisant. Bon.
Il me faut de l’aide.
Mon voisin d’en face à dû entendre tout mon remue ménage, mais ne bouge pas d’un pouce.
Il y a bien le neveu de ma voisine d’en dessous, il n’est pas du tout bricoleur, je suis carrément un experte à côté, mais il mesure 1m90 et a des mains de la taille d’une poêle, et des muscles masculins, ce qui doit quand même m’aider.

Je descends mon réservoir hérissé de ses tiges. Je suis lasse mais désespérée.

Il s’attaque aux tiges, ça lui prend quand même un sacré temps, comme quoi je n’étais pas une mauviette sans raison valable, et finit dans un effort surhumain accompagné d’un râle, par dévisser ces tiges, en mettant 20 minutes pour les désolidariser de leurs boulons respectifs.
Je reprends du pwal de la bête, hahaha !

Je remonte mon réservoir, j’y installe les tiges neuves et le gros joint mousse, et c’est reparti pour un petit tour sur le dos pour réinstaller les boulons papillons (joli nom pour une saloperie de bidule qui me tue les doigts).
Je serre, je serre, je serre, mon corps entier crie « au secours » mais je ne peux pas m’arrêter sinon pas de chiotte et pas d’eau possible (rapport au robinet défectueux).

L’heure de vérité va sonner avec la remise en eau : ça marche !!! Pas une fuite, pas une inondation, pas une goutte par le gros joint, pas une goutte par les tiges et leurs papillons sa mère, rien ! Ca mar-che !!! Youhouh !

Le reste n’est que formalité, clipsage du bouton poussoir avec le câble du mécanisme, ça tire la chasse, je m’émeus devant ce spectacle émouvant. Je suis épuisée, mon dos et cassé en deux, je n’ai plus de peau sur certains doigts et les articulations qui ont doublé de volume, mais je peux faire pipi.

J’entends les glouglous du réservoir qui se remplit, qui s’arrête au bon niveau, la tension se relâche.

J’ouvre le battant. Dans la cuvette, je découvre avec consternation la petite fuite d’origine.

Je jette l’éponge, les outils, les boulons restant, les papillons, les serpillières, la notice, le chat, je jure, je suis au désespoir alors qu’on est pas encore mardi.

Il est 22h46.

Youpi.

Bon sinon, tu dois pouvoir dévisser le bouton de chasse d’eau, et regarder le type de mécanisme, il peut y avoir une petite chaîne à décrocher, ou un mécanisme à tube, pas trop difficile à déflûter (bon, prévois du temps et des nerfs lol)… »

5 commentaires

  1. Ninick a écrit:

    Trop drôle.
    On l’imagine devant ses WC
    Elle est pas dans le caca…

  2. agenciane a écrit:

    eh bien !! on est fatigué d’avance à lire ses exploits !!

    trop drôle !

  3. Christine♬♡ a écrit:

    Avoue Marie-Jo que ça t’as fait penser à quelqu’un, non ? bisou et bonne soirée !

  4. Talie a écrit:

    Trop drôle ! Et quel courage : moi je dis bravo !

  5. Christine♬♡ a écrit:

    Tout à fait d’accord avec toi Talie, il y a belle lurette que nous aurions abandonné ! belle leçon de ténacité !

Laisser un commentaire


Tous droits réservés 2012