4529489 visites 
Loading

Paroles de frères ennemis : Moudjahidines, harkis, appelés …

Article publié le 14 décembre 2012 | Laisser un commentaire.

L’ALN Est la branche armée du FLN, fondé en 1954 par 22 nationalistes algériens. Elle comptait alors au plus 1000 membres sur tout le territoire.

Les français emploient le mot péjoratif Fellagha (de l’arabe « coupeur de route ») pour parler des militants FLN. Les musulmans, parlent de « djounoud » ou de « moudjahidines », dans le sens plu noble de combattant.

Les Harkis sont des supplétifs musulmans de l’armée française, parfois poussés par la pauvreté à s’engager.

En 1959, de Gaulle annonce la tenue d’un référendum sur l’Autodétermination pour demander aux Algériens de choisir entre la « francisation » et la « sécession ».

En 1958, la Question d’Henri Alleg et l’Affaire Audin de Pierre Vidal-Naquet sensibilisent l’opinion à la pratique de la torture en Algérie.

Le philosophe Francis Jeanson dirige un réseau de soutien au FLN : convoi de fonds, d’armes, hébergement de militants, il est démantelé en 1960.

A Paris, le préfet de police Maurice Papon organise une Chasse au Faciès ciblant les musulmans. Le 5 octobre 1961, il impose un couvre-feu aux « Français musulmans algériens ».

« Roumi » est le nom donné par les musulmans aux Européens.

L’origine du mot Pied-Noir, remonte au début du XXème siècle. Après la crise du phylloxera, on plante en Algérie des pieds de vigne sombres ; des pieds noirs. L’expression désigne des viticulteurs, puis les rapatriés débarquant en France, après 1962.

Le 1er juillet 1962, les Algériens approuvent l’Indépendance de leur pays par référendum. Elle est proclamée le 5 juillet. Entre la mi-avril et la mi-juillet 1962, près de 600 000 rapatriés gagnent la métropole par bateau et par avion : un des plus grands exodes de l’histoire française.

Signés le 18 mars 1962, les Accords d’Evian instaurent, notamment un cessez-le-feu, assurent la transition vers l’indépendance et garantissant un statut pour les français d’Algérie.

Le documentaire que vous trouverez en vidéo ci-dessous, nous a été proposé en diffusion, raconte la révolte du fils d’un ancien Harki, Hocine Louanchi. Les auteurs tentent de révéler au grand jour l’histoire d’Algériens et d’Algériennes qui avaient choisis l’Algérie Française, et qui ont été dissimulés dans les camps de la honte pendant 13 ans.
Le 28 février 2012  dernier, le parlement a voté une loi qui pénalise la diffamation et l’injure envers les harkis.

 

Le 19 mars 1962, les accords d’Evian mettaient fin à la Guerre d’Algérie. Après de longues années de silence, la France commence à ouvrir les yeux sur ce passé colonial dont les plaies sont toujours vives. En témoignent les récents aveux du général Aussaresses sur la torture.Tourné notamment au Collège Jean Renoir à Boulogne Billancourt (classe de 3ème, cours d’histoire de madame Larinier), le reportage réunit Saad Abssi, ancien membre du FLN, et Linda Amiri, étudiante en histoire, qui ont choisi de s’interroger sur les moyens de transmettre la mémoire aux plus jeunes qui ont grandi entre cultures française et algérienne.Il y a tout juste 40 ans, les accords d’Evian mettaient fin à la Guerre d’Algérie. Un conflit que la France a longtemps eu du mal à regarder en face. En témoignent les politiques récentes suscitées par les aveux du général Aussaresses sur la torture, ou la pause d’une plaque commémorative à Paris, pour les victimes de la répression du 17 octobre 1961. Comment transmettre aux jeunes d’aujourd’hui la mémoire des drames qu’ont vécu leurs parents ? comment briser le silence qui le plus souvent a prévalu au sein des familles franco-algériennes ?Saga-Cités a choisi deux réponses individuelles à ces questions. Celle de Saad Abssi, ancien responsable du FLN installé en France depuis 1957 et qui, pour la première fois, a décidé de raconter ce qu’il a vécu à sa petite fille. Et celle de Linda Amiri, étudiante en histoire. Elle vient de publier un livre sur le 17 octobre 1961 et elle poursuit ses recherches pour comprendre les événements qui ont marqué la génération de ses parents.

Sources : 

  • magazine Ça m’intéresse Histoire/ n° 12 mai/juin 2012
  • Retrouver des témoignages vidéo sur la chaîne youtube.com/camhistoire

Lien : 

http://latelelibre.fr/libre-posts/doc-hocine-le-combat-dune-vie/

2 commentaires

  1. LOUANCHI a écrit:

    HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE (HOCINE LE COMBAT D’UNE VIE DAILYMONTION

  2. Christine♬♡ a écrit:

    Bonsoir,

    Merci de m’informer de ce témoignage bouleversant que je rajoute à mon article : HARKIS, Les Camps de la HONTE (HOCINE Le Combat d’une vie)
    Cordialement

Laisser un commentaire


Tous droits réservés 2012