4531865 visites 
Loading

1936 – L’homme qui ne voulait pas saluer …

Article publié le 14 décembre 2012 | Laisser un commentaire.

Sur ce Cliché pris en 1936 dans l’Allemagne Nazie d’Hitler, tous saluent leur Führer. Tous sauf un !

Mais Pourquoi cet homme prend t-il un tel risque ?

 

 

 

 

 

 

Vous voyez l’homme qui croise les bras au milieu de la foule saluant ? C’est August Landmesser, ouvrier Allemand sur un chantier naval. La photo a été prise le 13 juin 1936 alors qu’Hitler assiste à l’inauguration d’un voilier à Hambourg. August Landmesser est le seul à ne pas faire le salut fasciste. A l’époque, il aurait pu être arrêté pour une telle provocation. Mais il est entouré d’ouvriers dont la culture de gauche est peu favorable au régime nazi. Il n’est donc pas dénoncé. Mais pourquoi refuse t-il de saluer le Führer ?

Cinq ans plus tôt, August Landmesser a rejoint le parti nazi, espérant trouver plus vite du travail. En 1934, il tombe amoureux d’Irma Eckler, jeune, belle … et juive. Le régime, au nom de la pureté raciale, leur interdit de se marier. Le couple illégitime décide pourtant d’avoir des enfants.

A l’été 1937, August tente de faire passer la famille au Danemark. Il est arrêté par la police. En septembre, le traitre est accusé de « Rassenschande » (pollution raciale). Il est acquitté de justesse, mais sommé de quitter sa famille. Impensable ! Il revient auprès des siens. En 1938, August se fait de nouveau arrêter. Cette fois, il est envoyé en camp de travail. Irma, elle, périt dans les chambres à gaz de Bernburg, en 1942. Leurs deux filles sont alors placées en orphelinat.

A l’automne 1944, l’éternel opposant est enrôlé de force sur le front de l’Est, dans un bataillon d’anciens prisonniers. Il disparaît le 17 octobre 1944, près de Ston, en Croatie. Mais sa légende lui survit.

En 1991, sa seconde fille Irène le reconnait sur une photo publiée dans un journal allemand.

Elle raconte alors son histoire dans un livre, contribuant à faire de ce cliché le symbole du « courage de dire non ».

Source : 

  • magazine Ça m’intéresse Histoire/ n° 12 mai/juin 2012 (Article de Elodie Barakat)

2 commentaires

  1. Jouve Christiane a écrit:

    J’essaie une nouvelle fois de vous écrire. la dernière fois, j’i bien entré les 4 chiffres avant d’envoyer, ce que je n’avais pas fait précédemment puisque le code était indiqué APRES « envoyer le message ». Cet article m’a profon-
    dément touchée, je l’ai lu… dans une salle d’attente.
    Auriez-vous l’obligeance de m’indiquer les références du livre s’il a été traduit en français.
    D’avance je vous remercie et je vais faire une nouvelle tentative d’envoi.
    Ch.Jouve

  2. Christine♬♡ a écrit:

    Bonjour,

    J’ai été moi aussi très frappée par cette histoire, en ce qui concerne l’ouvrage, il s’agit d’une chronique dans le livre d’Irène Messer Une famille déchirée par « Rassenschande, » dont une grande partie est disponible en ligne en anglais. Peut-être pourrez-vous trouver quelques informations sur ce lien : http://mentalfloss.com/article/28461/toll-rassenschande-family
    bien cordialement
    Christine

Laisser un commentaire


Tous droits réservés 2012